Menu
Partager
À propos
Télécharger le pdf
Retrouvez-nous sur
Tous droits réservés © 2019 NGE
Sincèrement engagés

Mixité : une volonté, une priorité

Avec 4 % à 19 % de femmes selon les entités, la mixité est une réalité très hétérogène, chez NGE, et demeure une priorité. Un enjeu au service duquel le Groupe fait preuve d’une réelle volonté et déploie d’importants moyens pour atteindre en 2022 quatre fois plus de femmes qu’aujourd’hui.

 

(la photo : assemblée générale 2018 du cercle InterElles)

Doubler le nombre de femmes dans l’encadrement et la production chez NGE d’ici à fin 2019, puis le multiplier par quatre d’ici à 2022 est un vrai défi. 
Car il faut à la fois changer de regard sur le BTP et sur la place que les femmes y occupent et trouver des ressources féminines dans un marché encore très masculin.

Un groupe de travail et des moyens

C’est pour répondre à ces défis, que NGE a créé un groupe de travail en 2017. Baptisé « NGE Mixité », ce groupe a suscité un véritable engouement en 2018, avec des candidatures spontanées et deux cellules travaillant sur l’encadrement des travaux, d’une part, et le personnel de production, d’autre part. Les premières mesures ont été mises en œuvre en 2018. Ainsi, les femmes travaillant sur des chantiers ont été dotées d’équipements de protection individuelle adaptés et chaque site compte désormais des vestiaires pour femmes. Des tuteurs et des mentors sont institués pour favoriser l’intégration des femmes.
Avec des milliers de recrutements prévus ces prochaines années, NGE entend utiliser ce levier pour augmenter le nombre de femmes. 

« C’est la première fois que mon responsable est une femme. Et j’y vois de nombreux avantages. Le dialogue est plus fluide, on prend plus de temps pour se parler, pour s’écouter. Par rapport à des équipes 100 % masculines, il y a moins de concurrence, moins de conflit. À part ça, je ne vois aucune différence. »

Michael Ines,
chef de chantier

NGE, premier groupe de BTP à entrer dans le cercle InterElles

L’adhésion au cercle InterElles en octobre 2018 témoigne aussi de cette volonté. NGE est en effet le premier groupe de BTP à rejoindre ce cercle. Créé il y a 17 ans et composé de 14 autres grandes entreprises « technologiques et innovantes » – dont Canon, Dassault Systèmes, Engie et Orange –, ce réseau a pour objectif d’accroître la mixité des métiers scientifiques et technologiques, d’encourager la carrière des femmes et d’agir auprès des pouvoirs publics. En le rejoignant, NGE entend bien à la fois contribuer à changer le regard sur le BTP, montrer que le secteur est innovant, le faire mieux connaître des femmes – ingénieures, notamment –, et échanger les bonnes pratiques.
NGE a également renouvelé en 2018 son adhésion à l’association « Elles bougent » et participé à la sixième édition des Sciences de l’Ingénieur au Féminin, en novembre 2018. Des échanges avec des lycéennes, étudiantes et ingénieures en poste ont été organisés pour susciter des vocations féminines.
Enfin, quatre femmes du Groupe vont participer aux Trophées ESTP au Féminin 2019, dont NGE est sponsor. Ces Trophées récompensent des femmes issues de l’ESTP qui se distinguent dans leur exercice professionnel.

« Manager des hommes – et des hommes qualifiés, qui plus est – s’est révélé plus simple que prévu. Ils m’écoutent parce que je les écoute. Et ça, qu’on soit homme ou femme, c’est pareil, surtout quand on sort d’une école d’ingénieurs. Il faut rester humble. »

Agathe Destang,
ingénieure travaux

En chiffres

  • 36 %

    des personnes embauchées après un stage sont des femmes

  • 19 %

    des 200 personnes qui travaillent aux grands projets nationaux sont des femmes

« Sur le terrain, les gars se comportent différemment avec une cheffe qu’avec un chef. C’est ancré dans le milieu du BTP. Mais les lignes sont en train de bouger car les jeunes arrivent. Dans notre école, à l’ISA BTP, nous étions moitié de filles et moitié de garçons. »

Simon Perrin,
ingénieur travaux

En chiffres

  • x 2

    objectif d'augmentation du nombre de femmes dans l'encadrement et la production fin 2019 (et x 4 fin 2022)

« Ici, on se sent tous égaux, qu’on soit conducteur de travaux, ingénieur ou ouvrier, qu’on soit homme ou femme, nouveau ou ancien. C’est pour ça que je dis toujours à mes amies : venez, n’ayez pas peur. Ici on n’est pas chahuté, on est respecté. »

Saskia Van Prooijen,
chargée environnement